Agassa kossi : la passoire togolaise ?

 

Agassa kossi, le gardien de but des éperviers lors du match Togo – Maroc de ce 20 janvier 2017, comptant pour la deuxième journée du groupe C de la CAN 2017 serait-il la passoire togolaise ?

Ce monsieur dont les heures de gloire, de grande performance sont bien loin derrière lui a été la cause majeure – outre l’étourdissement de la défense et l’absence de finition de l’attaque – de la défaite du Togo. Il s’est illustré par son immaturité sportive et son inefficacité à arrêter les tirs des lions de l’Atlas. Le pic de bêtises a été atteint lorsque sur un corner, une légère bousculade involontaire faite à son endroit par un joueur marocain tentant un coup de tête l’énerve et le fait lui donner une tape violente sur la poitrine quand bien même ce dernier s’est excusé. Incompétent et belliqueux ! Le mélange perdant.

Togolais, Togolaise, portons un regard réaliste sur notre futur dans cette CAN. Nous l’avons rêvé. Nous l’avons désiré. Nous y avons cru. Mais hélas, pour nous, tout est fini. La coupe ne sera pas notre cette année.

Agassa Kossi apparaît comme ce scalpel usé, utilisé autrefois par les illustres chirurgiens pour des opérations épiques qui aujourd’hui a perdu tout son tranchant. Il est semblable à cette femme vieille, dont la beauté s’est estompée au fil des années, dont les seins ont signé l’armistice face à la pesanteur, dont la peau ridée se rebelle contre tous ses efforts de retrouver sa jeunesse d’antan. Agassa Kossi ne séduit plus. Il a déçu tout un peuple, tout une nation.

Si hier, il était dans l’histoire, aujourd’hui il la quitte. Il s’est trop accroché. La branche s’est cassée. Il tombe de haut. Agassa, le mythique gardien de but togolais n’est plus. Il s’est mué en Agassa, la passoire togolaise.

Il est temps que ces vieux rêveurs laissent leurs prouesses passées partir, et laissent la place à des jeunes plus méritants, plus efficaces, plus athlétiques. Ces anciens peinent à faire cet aveu d’incompétence.

Il importe de préparer la relève. Une relève qui apprend de ses aînés. Une relève battante et disciplinée. Nous n’avons pas besoin de joueurs évoluant dans de grands clubs en Europe. L’Allemagne est un exemple parfait dont nous pouvons nous inspirer. Elle a remporté la coupe d’Europe avec des joueurs évoluant pour la plupart dans des clubs nationaux.

Il importe que le Togo construise son histoire, une grande histoire. Cela ne sera possible que si chacun de nous s’implique et donne le meilleur de lui-même dans son domaine, dans ce qu’il fait. Ensemble, aucun de nous n’est faible. Comme une application, nous serons individuellement chaque ligne de code faisant marcher le tout.

Ma parole est tombée !

 

  1 comment for “Agassa kossi : la passoire togolaise ?

  1. 21 janvier 2017 at 10 h 15 min

    Le football au Togo c’est une grosse idiotie. Aucune préparation, aucune politique en sa faveur. On me dira qu’on a suffisamment de problèmes infrastructurels, et que le football ne développe pas un pays. SOIT ! fermez la fédération et passez à autre chose. Quand on aura les moyens de faire du bon jeu, avec des jeunes qui ne mangent pas la pâte de leur maman en guise de salaire, on pourra voir. Pour le moment, il n’y a pas de championnat digne de ce nom, il n’y a même pas d’équipe nationale. Quand il n’y a pas d’Adebayor, il n’y a plus d’équipe. C’est tellement honteux qu’il vaut mieux ne même pas prétendre à un titre.

    Vous l’avez rêvé ? il y a longtemps que je ne gaspille pas d’électricité pour regarder la CAN. Les éperviers, c’est mort depuis longtemps. ET vous, doux rêveurs, vous ne le savez que trop bien. Réveillez-vous. C’est terminé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.